LA STRATEGIE

Stratégie planifiée the one best wayComme au siècle dernier, la planification stratégique est encore aujourd’hui souvent définie sur plusieurs années par des élites à la suite d’études menées par des grands cabinets de conseil en stratégie ou des experts en stratégie.
De multiples scénarios d’étude sont alors proposés réunissant toutes les informations nécessaires au dirigeant pour qu’il effectue un choix « rationnel ».
C’est la stratégie du « one best way » : un « processus » rigoureux défini. Il répond à chacune des typologies de demandes sur le long terme. Les « demandes hors normes » sont alors rejetées ou adaptées au mieux par des collaborateurs.
Dans la « complexité » et les « incertitudes » actuelles, l’entreprise devra tenter de suivre au mieux le trajet défini initialement ou s’en rapprocher le plus possible. Cette stratégie, appelée stratégie délibérée, définie plusieurs mois ou années plus tôt, est-elle toujours pertinentes ?!
Pour s’adapter à l’environnement, une autre stratégie est proposée : la stratégie émergente. Elle va s’adapter en permanence au contexte en favorisant « le temps réel » et l’utilisation des ressources « immédiates ». Elle va plutôt suivre les évènements plutôt que suivre des intentions « programmées ». Cette approche permet à l’entreprise d’être toujours en prise directe avec son marché. Ainsi sa stratégie va donc évoluer très vite et très fréquemment. Dans ce contexte, pas facile de faire adhérer les acteurs concernés. A l’image des collaborateurs mais aussi les partenaires et actionnaires, ils attendent qu’on leur donne du sens. En effet, sans le sens, ils ne savent vers où vous voulez les amener… !
Une autre voie possible, la stratégie de la réactivité, qui permet de sortir un nouveau produit et de le tester et s’il ne fonctionne pas, le retirer et en proposer un autre. Il n’est pas toujours facile de trouver de nouveaux produits à proposer.

Stratégie chemin faisantUne stratégie s’est élaborée à partir du constat que, pour les intentions stratégiques du passé prévues à l’origine, on observe l’abandon d’un certain nombre d’éléments. On découvre aussi que nombre d’éléments « émergents » ont été réalisés et n’étaient pas dans le projet initial. C’est la stratégie chemin faisant, entre stratégie délibérée et émergente. Cette stratégie s’appuie donc sur une stratégie « plutôt planifiée » dans laquelle certains jalons seront positionnés pour guider l’action, et en même temps, s’autoriser à répondre rapidement à des sollicitations de l’environnement.

Stratégie chemin faisantA titre d’illustration, je vous propose la métaphore (avec toujours ses limites!) du bateau représentant l’entreprise. Le bateau doit toujours rester à flot (ne pas couler!). Pour cela, il doit disposer d’un moteur en bon état de fonctionnement pour assurer une performance globale. Sa destination, en fait, importe peu, son objectif est d’être de plus en plus performante ou de maintenir sa performance. L’entreprise pourra alors être amenée à changer de cap, de vision, pour conserver sa performance ! S’attacher à une vision, comme s’appuyer sur une stratégie exclusivement émergente, peut paradoxalement mettre l’entreprise en difficulté car liée à la perte de sens vécue par les collaborateurs ! A l’image d’entreprises qui ont réussies aujourd’hui, ont-elles suivi la vision qu’elles avaient définie plusieurs années plus tôt ? Le plus souvent non, elles ont saisi une ou des opportunités, des évènements émergents.

Pas facile pour le dirigeant de prendre les meilleures décisions en particulier si la planification l’a longtemps rassurée. Le processus de prise de décision est essentiel. Pour cela, appuyez-vous sur vos parties prenantes en les écoutant, en dialoguant, en débattant, en travaillant ensemble, en coopérant…  VRAIMENT !

Voir les articles associés

Mener une stratégie et prendre des décisions dans l’incertitude

Mener une stratégie et prendre des décisions dans l’incertitude Cycle de conférences du 25 novembre 2015 L’ampleur des mutations est telle que notre seule certitude est désormais d’avoir à faire face à l’incertitude : mutations technologiques accélérées, bouleversements des usages et des comportements des consommateurs, irruption de business models de rupture qui bousculent des positions…