Une stratégie innovante

Votre organisation ne doit plus seulement s’adapter à un nouveau marché, mais elle doit aussi être agile pour pouvoir s’adapter rapidement aux prochaines évolutions techniques, économiques, … dont les cycles peuvent être courts et souvent imprévisibles, dans les domaines technologiques, par exemple.

Une stratégie innovante

Pourquoi une stratégie ? À quoi sert une stratégie ?

  • La stratégie donne une orientation (Où devons-nous aller ?).
    La fonction essentielle de la stratégie est de servir de boussole à une organisation pour qu’elle maintienne son cap dans son environnement.
  • La stratégie concentre les efforts (Qui fait quoi ?).
    La stratégie favorise la coordination des activités vers l’atteinte des objectifs. Sans elle on risque de tomber dans le chaos, tout le monde allant dans des directions différentes.
  • La stratégie est source de cohérence (Que devons-nous faire ?).
    La stratégie sert à simplifier et à appréhender le monde de l’entreprise. En cela elle facilite l’action.
  • La stratégie définit l’organisation (Qui sommes-nous? Quelle est notre mission ?).
    Elle constitue pour le personnel un moyen pratique pour comprendre leur entreprise et la distinguer de celles des autres.

Votre consultant peut vous accompagner :

  • Sur l’élaboration du choix de la stratégie : par la mise en œuvre de méthodologies favorisant le meilleur de l’intelligence collective. Le partage et les échanges pluridisciplinaires (incluant les parties prenantes externes) permettent de construire une réponse pertinente pour l’ensemble de l’entreprise.
  • sur les processus de décision : en prenant en compte les biais « individuels » mais aussi collectifs autour du consensus. Ces points sont essentiels et doivent être identifiés pour prendre une décision éclairée. La collégialité (par l’intelligence collective) permet d’avoir des regards croisés sur les scénarios proposés, mais aussi sur les impacts organisationnels et sociaux. Malgré l’obtention d’un consensus, êtes-vous sûr de la collégialité dans les échanges ? La décision finale est bien sûr prise par le dirigeant, ou l’instance décisionnaire de l’organisation.
  • sur la communication des stratégies générales : elle est fondamentale car elle produit des impacts majeurs sur l’ensemble de l’organisation car elle donne un sens à l’action, du sens à l’action,… Si elles sont déclinées et communiquées de façon satisfaisante dans les équipes elle peut constituer un élément fort de mobilisation des équipes.

 

L’accompagnement du déploiement de la stratégie avec l’UX Design:

  • L’UX Design (Conception orientée Utilisateurs) intervient dans la définition et la mise en œuvre opérationnelle d’outils, d’organisation, de procédures.

C’est une méthodologie, inspirée du Design Thinking, qui fait intervenir l’ensemble des parties prenantes internes tels que : les décideurs (pour le business), les experts techniques (pour la technologie), des supports fonctionnels et les utilisateurs de tous les domaines concernés,  … ainsi que vos clients et vos fournisseurs.

Ainsi votre stratégie répondra vraiment :

  1. à votre business (grâce à la bonne compréhension des besoins vos clients)
  2. à la faisabilité technique (grâce aux compétences des experts)
  3. au besoin de vos utilisateurs (experts de l’exploitation quotidienne)

Pour obtenir, in fine, le meilleur ROI.

Pour piloter votre stratégie, le dirigeant (ou l’instance de direction) pourra s’appuyer sur cet outil (ou dispositif interne similaire):

  • La B. I. (Business Intelligence ou informatique décisionnelle).

La BI est un processus technologique qui analyse des données pour présenter des informations exploitables par les dirigeants, les cadres et les autres utilisateurs, afin de leur permettre de prendre des décisions plus avisées.

L’informatique décisionnelle englobe les différents outils, applications et méthodologies qui permettent à l’entreprise de collecter des données à partir de systèmes internes (CRM, ERP, Web-Marketing,..) et de sources externes, de les préparer en vue d’une analyse, de développer des requêtes et de les appliquer à ces données.

On en tire alors diverses vues, ou modes de visualisation, tels que des rapports et des tableaux de bord, pour mettre les résultats analytiques à la disposition des décideurs et des acteurs de l’entreprise.

Mais attention à :

  1. La fiabilité des informations : l’ arrivée d’un nouveau concurrent, d’un produit concurrent non prévu et imprévisible, des signaux faibles non décelés, d’une réglementation « impensable »,…ne doit pas être négligée.
  2. La disponibilité des informations : celles indisponibles, car le plus souvent confidentielles de vos concurrents, évidemment … et celles, à priori disponibles, les vôtres. Mais sont-elles complètes, sont-elles fiables ? Quel est votre niveau de confiance de vos équipes?
  3. La densité de certains types d’informations : la quantité ne présage de la qualité et peut induire des perceptions erronées.
  4. La présentation des informations : une présentation des données même de bonnes qualités peut induire des biais pour le décideur.

Ces outils d’ « aide à la décision » peuvent bien sûr vous apporter une assistance mais ils ne prendront pas de décision à votre place !

Ensuite il faudra choisir. Le choix que l’on dit rationnel l’est-il toujours ? Doit-il l’être… ? Notre rationalité n’est-elle pas limitée ?

La planification stratégique n’est plus ce qu’elle était …!!!

Votre consultant accompagne votre entreprise vers une stratégie innovante.

  •  
  •  
  •  
  •